Accueil > Dermatoses professionnelles allergiques aux métaux. Troisième partie : allergie de contact au cobalt

Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères

Envoyer à un ami

Imprimez la page

Ajouter à ma sélection

Contacter l'INRS

Dermatoses professionnelles allergiques aux métaux. Troisième partie : allergie de contact au cobalt

Allergologie professionnelle

Accès au texte intégral Les dermatoses professionnelles allergiques au cobalt sont essentiellement des dermatites de contact allergiques et exceptionnellement des urticaires de contact. Les professions exposées sont surtout les employés de la métallurgie (fabrication de métaux durs ou carbures métalliques frittés, usinage des métaux), du BTP, de la céramique, du verre et de la poterie, de l'électronique, de la plasturgie et du caoutchouc, de l'industrie pharmaceutique et de la fabrication des bijoux et des peintures ainsi que les dentistes. Le cobalt, métal ubiquitaire, entre dans la composition de nombreux alliages, des aimants, du ciment, des colorants et des pigments, mais aussi de siccatifs, de catalyseurs, d'accélérateurs et de certaines vitamines.
Les allergènes sont le cobalt métal, les sels et oxydes de cobalt. Le diagnostic étiologique repose sur l'anamnèse, l'examen
clinique et le test allergologique avec le chlorure de cobalt de la batterie standard européenne. La prévention technique doit mettre en oeuvre toutes les mesures susceptibles de réduire l'exposition.
Cette fiche d'allergologie professionnelle annule et remplace la partie correspondante de la fiche TA 57 "Allergie de contact aux métaux et à leurs sels".

Descriptif

Référence TA 87

RubriqueOutils repères / Allergologie professionnelle

Année de publication2011

Auteur(s)CREPY M.N.

Haut de page

Page extraite du site www.rst-sante-travail.fr Copyright © INRS