Accueil > Physiopathologie du syndrome de Raynaud d'origine vibratoire

Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères

Envoyer à un ami

Imprimez la page

Ajouter à ma sélection

Contacter l'INRS

Physiopathologie du syndrome de Raynaud d'origine vibratoire

Grand angle

Accès au texte intégral Près d'un salarié sur cinq déclare être exposé aux vibrations au moins un quart de son temps de travail dans l'Union européenne. Le syndrome des vibrations main-bras susceptible d'en résulter est une pathologie complexe, dont la physiopathologie n'est pas encore totalement connue, associant des signes neurologiques, vasculaires et/ou ostéo-articulaires. Des travaux de recherche visent à mieux connaître la relation entre l'exposition aux vibrations mainbras et leurs effets sur les troubles angioneurotiques du membre supérieur, notamment le syndrome de Raynaud d'originie vibratoire, de façon à faire progresser la prévention des risques professionnels dans ce domaine. Cet article propose d'en faire une synthèse non exhaustive.

Descriptif

Référence TC 159

RubriqueGrand angle

Année de publication2017

Auteur(s)N. Lecomte, A. Aublet-Cuvelier

Haut de page

Page extraite du site www.rst-sante-travail.fr Copyright © INRS